Fiches triées par date de sortie

Hold-up (2012)

Nokas

Action | 87 Min | Norvège

Réalisateurs : Erik Skjoldbjaerg

Note:
6/10

Infos sur le film

------
Partenariats
Avec Cociné, retrouvez ce film au cinéma !
Pub Google

Synopsis

Dans la matinée du 5 avril 2004, la ville de Stavanger est le théâtre du plus spectaculaire braquage de l’histoire de Norvège. 11 hommes avec un arsenal d’armes de guerre dérobent 51 millions. 37 millions n’ont jamais été retrouvés.

Partager:

En savoir plus sur ce Film

- Adapté d'une histoire vraie.


Histoire vraie :


Le film retrace les événements qui se sont déroulés le 5 avril 2004 dans la ville de Stavanger, dans le sud-ouest de la Norvège. Ce jour-là, des braqueurs ont attaqué la banque NOKAS et ont dérobé plus de 57 millions de couronnes norvégiennes (8 millions d'euros), après avoir tué un policier. Sur la totalité du butin, 51 millions restent encore introuvables, et ce braquage reste le plus important que la Norvège ait jamais connu.



Reconstitution minutieuse :


Pour Hold-up, l'équipe du film a réalisé un véritable travail de recherche, pour que la reconstitution de l'évènement soit la plus réaliste possible. Pour ce faire, les scénaristes sont allés interroger les différents acteurs du drame (policiers, employés de la banque, témoins). Le film a également été tourné sur les lieux mêmes des faits : la banque, le poste de police et même l'appartement des cambrioleurs ! La recherche du réalisme apparait aussi dans la forme du film, qui arbore un style très documentaire, caméra à l'épaule mais fluide, ce qui était important pour la légitimité du projet : "Je pense que pour atteindre l'authenticité dans une fiction, ce qui est le plus difficile, il faut une grande part de réalisme. La façon de filmer, caméra à l'épaule, le permet", confie le réalisateur Erik Skjoldbjaerg.



Dès le début :


Le réalisateur Erik Skjoldbjaerg est arrivé très tôt sur le projet, à une époque où le scénario n'était même pas écrit ! Comme il en témoigne, il y avait alors seulement un concept de film, sans une histoire vraiment construite, ce qui ne fut pas un problème pour lui : "C'est important pour moi d'être impliqué dès le début du projet. Cela me permet, dès l'écriture, de visualiser comment je vais tourner les scènes. J'anticipe le travail à faire avec le directeur de la photographie au moment du tournage".